mercredi 21 septembre 2016

LE GRAND JOUR DU GRAND JOUR

Le Nouveau théâtre de Montreuil en partenariat avec l’association Renc’art au Méliès vous invitent à découvrir le spectacle :

LE JOUR DU GRAND JOUR


THÉÂTRE DROMESKO

19 sept > 05 oct 2016 à 20h
Impromptu nuptial et turlututu funèbre
Pour ouvrir la saison, la Baraque des Dromesko se pose sur la place Jean‑Jaurès. Leur théâtre est forain, volontiers surréaliste, intemporel surtout, accompagné des notes du violoncelle, des danseurs, comédiens de tout poil et autres oiseaux. Un événement !
La compagnie Dromesko, musiciens et animaux compris, nous reçoivent chez eux. Dans leur théâtre en bois, on se sent déjà ailleurs. Ici, pas de personnage ni d’intrigue, plutôt des éclats de vie et des tableaux poétiques où le réel dérive jusqu’à devenir une vision onirique. Leur dernière création évoque ces cérémonies qui jalonnent l’existence : mariages, enterrements mais aussi inaugurations et vins d’honneur — ces moments de solennité ou de réjouissance, de sentiments déguisés ou dévoilés, ces heures de vérité. Dans Le Jour du Grand Jour, on trouve des chansons tristes, des robes de mariée à foison, des discours décousus et des regards qui en disent long. Laissez-vous prendre par le rythme hypnotique de ce cortège de la vie, à la saveur douce-amère. Tout se terminera, comme toujours chez Dromesko, autour d’un verre partagé. La compagnie, établie près de Rennes, est née de la rencontre entre Igor, artiste de rue, et Lily, venue du rock et des arts visuels. Depuis plus de vingt-cinq ans, ces dignes saltimbanques inventent un théâtre nomade qui a les pieds dans la réalité crue et le cœur dans les étoiles.

Tarif préférentiel 8 euros pour les adhérents (sur présentation de la carte) ainsi que pour la personne qui accompagne.

Renseignement et réservation par téléphone au 01 48 70 48 90

Les débats du Festival



Une vie de Stéphane Brizé : https://youtu.be/h6tGN9cuYBk

Tour de France de Rachid Djaïdani : https://youtu.be/VGPQNpW-Bqo

Apnée de Jean Christophe Meurisse : https://youtu.be/HgpHz80heyI

Tout va bien de Alejandro Fernandez Almendras : https://youtu.be/FIXa3E8NFZ0

Corniche Kennedy de Dominique Cabrera
La présentation de la soirée : https://youtu.be/hPVzjY-M7Wg
et le débat : https://youtu.be/X0BA_10vZCo

Mal de pierre de Nicole Garcia  https://youtu.be/pO0bNgPN1p4

samedi 27 août 2016

DIMANCHE 18 SEPTEMBRE




DIMANCHE 18 SEPTEMBRE



11H
Sunset boulevard
de Billy Wilder
avec William Holden
Gloria Swanson, Erich von Stroheim
   (USA 1950 - 1h50)
   Oscars 1951 Meilleure direction artistique, noir et blanc
   (Hans Dreier, John Meehan, Sam Comer et Ray Moyer) 

   Meilleur scénario (Charles Brackett, Billy Wilder et D.M. Marshman Jr.)
Trailer






Norma Desmond, grande actrice du muet, vit recluse dans sa luxueuse villa de Berverly Hills en compagnie de Max von Meyerling, son majordome qui fut aussi son metteur en scène et mari. Joe Gillis, un scénariste sans le sou, pénètre par hasard dans la propriété et Norma lui propose de travailler au scénario du film qui marquera son retour à l’écran.





14H
Chouf
de Karim Dridi
avec Sofian Khammes, Foued Nabba, Zine Darar
France 2015 - 1h48)

Sélection officielle Cannes 2016

RENCONTRE AVEC LE RÉALISATEUR
Bande annonce









Chouf” en arabe signifie “regarde”, c’est aussi le nom donné aux guetteurs des réseaux de drogue de Marseille.
Sofiane, 24 ans, brillant étudiant, intègre le business de son quartier après le meurtre de son frère,
un caïd local. Pour retrouver les assassins, Sofiane est prêt à tout.

Il abandonne famille, études et gravit rapidement les échelons, aspiré par une violence qui le dépasse.







16H30
La chouette 
entre veille et sommeil
(France/Belgique 0h40)

5 courts métrages d’animation

ATELIER CONFÉRENCE APRÈS LA PROJECTION
Compte les moutons de Frits Standaert
Une autre paire de manches de Samuel Guénolé
La Moufle de Clémentine Robach
La Soupe au caillou de Clémentine Robach
La galette court toujours de Pascale Becquet




Bande annonce



















18H
Mal de pierres
de Nicole Garcia
avec Marion Cotillard, Louis Garrel, 
Alex Brendemühl 
(France 2015 - 1h56)

Sélection officielle Cannes 2016
RENCONTRE AVEC LA RÉALISATRICE


Extrait

Gabrielle a grandi dans la petite bourgeoisie agricole où son rêve d’une passion absolue fait scandale. A une époque où l’on destine d’abord les femmes au mariage, elle dérange. Ses parents la donnent à José, un ouvrier saisonnier, chargé de faire d’elle une femme respectable. 

adaptation du roman de Milena Agus




21H
Juste la fin du monde
de Xavier Dolan 
avec Léa Seydoux, Gaspard Ulliel, Vincent Cassel, 
Marion Cotillard, Nathalie Baye
(Canada/France  2016 – 1h35)

Sélection officielle Cannes 2016 Grand Prix


Louis  revient voir sa famille après plusieurs années d’absence afin d’annoncer sa mort prochaine et inévitable. Il n’a pas vu sa mère, son frère aîné et sa petite sœur  depuis douze ans. Il n’a  jamais rencontré sa belle-sœur, même à l’occasion de la naissance de ses neveux. Son retour bouleverse ses proches et génère des conflits.
D’après la pièce “Juste la fin du monde” de Jean-Luc Lagarce.


SAMEDI 17 SEPTEMBRE




SAMEDI 17 SEPTEMBRE



14H
Apnée
de Jean Christophe Meurisse
avec  Céline Fuhrer, Thomas Scimeca, Maxence Tual
(France 2016 - 1h29)

   Festival de Cannes 2016 Semaine de la critique

RENCONTRE AVEC LE RÉALISATEUR

Bande annonce
Céline, Thomas et Maxence marchent toujours par trois. 
Comme la trilogie de la devise républicaine, ils veulent se marier, une maison, un travail, des enfants sages et manger tous les jours des huîtres. Insoumis et inadaptés à une furieuse réalité économique et administrative, ils chevauchent leurs quads de feu et traversent une 
France accablée, en quête de nouveaux repères, de déserts jonchés de bipèdes et d’instants de bonheur éphémère.





16H15
Ma vie de courgette 
de Claude Barras
(Suisse-France 2016 – 1h06) film d’animation

 Festival d’Annecy 2016 – Prix du public


Teaser






Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. 
Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir 
une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux.







18H
Baccalauréat 
de Cristian Mungiu
avec Maria Victoria Dragus, Adrian Titieni, Malina Malovici, Lia Bugnar
(Roumanie, France, Belgique 2016 - 2h07)
Festival de Cannes 2016 Prix de la mise en scène 
Extrait


Romeo, médecin dans une petite ville de Transylvanie, a tout mis en œuvre pour que sa fille, Eliza, soit acceptée dans une université anglaise. Il ne reste plus à la jeune fille, très bonne élève, qu’une formalité qui ne devrait pas poser de problème : obtenir son baccalauréat. Mais Eliza se fait agresser et le précieux sésame semble brutalement hors de portée. Avec lui, c’est toute la vie de Romeo qui est remise en question quand il oublie alors tous les principes qu’il a inculqués à sa fille, entre  compromis et compromissions


20H45
Corniche Kennedy
de Dominique Cabrera
avec Aïssa Maïga, Lola Créton, Moussa Maaskri
d’après le roman de Maylis de Kerangal
(France 2016- 1h30)
RENCONTRE AVEC LE RÉALISATEUR


Le scénario qui se déroule le temps d’un été est centré sur quelques adolescents désœuvrés défiant les lois de la gravitation en plongeant le long de la corniche Kennedy. Derrière ses jumelles, une commissaire, chargée de la surveillance de cette zone du littoral, les observe. Entre tolérance zéro et goût de l’interdit, les choses vont s’envenimer…



VENDREDI 16 SEPTEMBRE




VENDREDI 16 SEPTEMBRE



18H
Tout va bien 
de Alejandro Fernandez Almendras
avec Agustin Silva, Paulina Garcia, Luis Gnecco
(Chili, USA, France 2016 – 1h35)

    Festival international du film de la Rochelle 2016

  • RENCONTRE AVEC LE RÉALISATEUR
Bande annonce


La plage et les fêtes entre amis rythment l’été de Vicente qui savoure la vie avec insouciance.
Une nuit alcoolisée change la donne. Vicente expérimente avec amertume le poids du pouvoir et de la manipulation










20H30
Tour de France 
de Rachid Djaïdani
avec Gérard Depardieu, Sadek, Louise Grinberg
(France 2016 – 1h42 – VO)

Festival de Cannes 2016 Quinzaine des réalisateurs
  • RENCONTRE AVEC LE RÉALISATEUR
Bande annonce










Far’Hook est un rappeur de 20 ans. Suite à un règlement de comptes, il est obligé de quitter Paris. Son producteur, Bilal, lui propose alors de prendre sa place et d’accompagner son père faire le tour des ports de France sur les traces du peintre Joseph Vernet. Malgré le choc des générations et des cultures, une amitié improbable va se nouer entre ce rappeur et ce maçon du Nord de la France.

vendredi 26 août 2016

JEUDI 15 SEPTEMBRE




JEUDI 15 SEPTEMBRE




18H
Le voyage au Groenland
de Sébastien Betbeder 
avec Thomas Blanchard, Thomas Scimeca, François Chattot
(France 2016 - 1h38)
Festival de Cannes 2016 Sélection ACID 
  • RENCONTRE AVEC LE RÉALISATEUR


Thomas et Thomas cumulent les difficultés. En effet, ils sont trentenaires, parisiens et comédiens... 
Un jour, ils décident de s’envoler pour Kullorsuaq, l’un des villages les plus reculés du Groenland où vit Nathan, le père de l’un d’eux. Au sein de la petite communauté inuit, ils découvriront les joies des traditions locales et éprouveront leur amitié.













20H30
Une vie
de Stéphane Brizé
Avec Judith Chemla, Yolande Moreau, Jean-Pierre Darroussin 
(France - Belgique 2015 - 1h50)
Première projection Française (Venise 2016)
  • RENCONTRE AVEC LE RÉALISATEUR

Normandie, 1819. A peine sortie du couvent où elle a fait  ses études, Jeanne Le Perthuis des Vauds, jeune femme trop protégée et encore pleine des rêves de l’enfance, se marie avec Julien Delamare. Très vite, il se révèle pingre, brutal et volage. Les illusions de Jeanne commencent alors peu à peu à s’envoler.        
D’après le roman “Une Vie” de Guy    de Maupassant.


jeudi 18 août 2016

LE PARISIEN

PREMIÈRE ANNÉE COURONNÉE DE SUCCÈS POUR LE NOUVEAU MÉLIÈS






Il est temps de souffler sa première bougie. Oubliées les polémiques sur le salaire du directeur artistique, exit les crises politico-personnelles entre la mairie et l’équipe du cinéma, stop aux déboires de chauffage insuffisant dans les salles. Ce vendredi, le nouveau Méliès de Montreuil fête sa première année d’ouverture. Installé sur la place Jean-Jaurès, aux pieds du métro Mairie de Montreuil, il a quitté les entrailles vieillissantes du centre commercial de la Croix de Chavaux. Toujours pas de pop corn mais une prédominante distribution de films d’art et d’essai, la marque de fabrique du Méliès.

Et ça marche. Alors que le maire PC Patrice Bessac se félicitait des 100 000 entrées au compteur du 1er janvier, on atteint presque désormais les 270 000. « C’est plus que ce que l’on espérait, se réjouit Stéphane Goudet, le directeur artistique du Méliès. Nous avions tablé sur 250 000 entrées la première année. » Auparavant, entre 2002 et 2012, lorsque le vieux cinoche tournait à plein régime, on comptabilisait 180 000 tickets en moyenne par an. 
Une touche de blockbusters
La raison de cette progression ? L’emplacement, à n’en pas douter. « Avec l’aménagement du petit centre commercial devant la mairie, on a davantage envie de s’attarder », glisse Brigitte, qui se fait une toile régulièrement. Et le cinéma d’art et d’essai —désormais le plus grand d’Europe avec six salles— qui attirait surtout les spécialistes du genre, est aujourd’hui aussi pris d’assaut par les familles et les ados qui viennent découvrir les blockbusters américains et les quelques grosses affiches (12% des films) distribuées au Méliès. La preuve : « Star Wars » arrive largement en tête des ventes avec 8399 entrées. Tandis que « Merci Patron » caracole en deuxième position avec 5624 visiteurs. 
4 € à 6 € la place
Parmi ces spectateurs, des Montreuillois évidemment mais aussi des Parisiens férus d’avant-première et de débats (trois par semaine en moyenne) avec les réalisateurs. Mais aussi de petits prix. « C’est bien moins cher qu’un gros cinéma où il faut débourser 10€ la place », lance Myriam, une étudiante qui fréquente souvent le cinéma. Ici, le territoire d’Est Ensemble, en charge de la gestion des salles obscures, propose des tarifs variant de 4 à 6 € la place. Du coup, certains spectateurs n’hésitent plus vraiment à passer le cap. 
Devant le cinéma (fermé le matin ces derniers jours), Gilberte scrute le programme avec son petit-fils. Il y a bien sûr le dernier « Jason Bourne » avec Matt Damon, mais Loïk, 6 ans, est trop jeune. Il faudra attendre un jour de plus pour aller voir « Comme des bêtes », le film d’animation star de l’été. « Le hic, c’est qu’il n’y a que quelques séances par jour, déplore la grand-mère. Les films ne sont pas à l’affiche chaque jour. Il faut anticiper. Et puis, il fait souvent froid dans les salles. » Un reproche remontant aux périodes de froid, mais qui a la peau dure, même en pleine chaleur estivale. Stéphane Goudet reconnaît les « mauvais ajustements, surtout en hiver » qui vont être repris selon lui. Il faudra néanmoins attendre encore un peu car les travaux à entreprendre pour améliorer les choses viendront après l’hiver, pas avant. 

leparisien.fr





http://m.leparisien.fr/montreuil-93100/montreuil-premiere-annee-couronnee-de-succes-pour-le-nouveau-melies-18-08-2016-6051021.php