à lire

Pour nous contacter par mail, cliquez ici

À lire

NOUVELLE RUBRIQUE À VOIR OU A REVOIR
rencontres au Méliès filmées par Michel
PODGOURSKY

THÉÂTRE



★DATES À RETENIR
14 MARS ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ASSOCIATION AU MÉLIÈS
25 MARS SOIRÉE NOS VOISINS ONT DU TALENT



Les offres adhérents

dimanche 19 mars 2017

OFFRES THÉÂTRE



plus d'infos





SOMBRE RIVIÈRE

LAZARE

— LA MC93 AU NOUVEAU THÉÂTRE DE MONTREUIL —

Depuis ses premiers textes, Lazare questionne le présent, son présent, notre présent qu’il ne sépare jamais de ce qui fut son histoire, notre histoire. Il ne cesse d’interroger le passé pour mieux comprendre aujourd’hui, faisant parler vivants et morts, nous entraînant dans le monde trouble des secrets qui finissent par se révéler.
Son écriture sait rendre poétique la langue orale de ceux qui ne maîtrisent pas la langue « savante », de ceux qui vivent dans les marges d’une société cabossée. Avec Sombre Rivière, titre d’un standard de blues, c’est dans la musique et le chant que nous entraînent Lazare et ses compagnons de route pour dire tout à la fois la violence trop actuelle du monde et la force des songes.
Se souvenant de Rainer Werner Fassbinder interviewant sa mère dans son film L’Allemagne en automne, Lazare écrit Sombre Rivière s’inspirant de deux conversations téléphoniques, une avec sa mère, l’autre avec un ami dramaturge pour parler de cette violence qui nous enserre et nous rend peureux et sans défense. Ces deux textes, où l’on n’entend que la parole d’un des correspondants et où l’on devine dans les silences celle de l’interlocuteur, permettent à Lazare de poursuivre son chemin sur la voie d’un théâtre où « la musique est une respiration de l’écriture ».
Un théâtre fort, exceptionnel, profondément personnel « fait d’improvisations et de rythmes qui alterne scènes parlées-chantées et musique », le théâtre d’un artiste pour qui écrire est encore plus nécessaire depuis les attentats de novembre 2015 à Paris.

ET  POUR LES PLUS JEUNES...

TENDRES FRAGMENTS DE CORNÉLIA SNO
SAM 18 15H / 20H, MER 22 15H, SAM 25 15H
La musique est une forme de communication, surtout lorsque l’on est atteint d’une drôle de maladie qui empêche de s’exprimer normalement. Lorsque la musique et les sons aident à faire une déclaration d’amour… Sans mélodrame, le comédien Xavier Guelfi nous fait entrer dans l’univers mental d’une personne atteinte du syndrome d’Asperger, et dans la pensée morcelée qui la caractérise.
 Tarif à 8 euros par personne

mardi 28 février 2017

23 MARS AURORE

JEUDI 23 MARS 20H30
AURORE
de BLANDINE LENOIR
(France - 2017 - 1h29)
avec Agnès Jaoui, Thibault de Montalembert, Pascale Arbillot

AVANT-PREMIÈRE EN PRÉSENCE DE LA RÉALISATRICE, 
D’AGNES JAOUI ET DE THIBAULT DE MONTALEMBERT



Aurore Tabort, qui a déjà vécu une rupture
quand elle avait quarante ans, se retrouve, à
cinquante, grand-mère et sans emploi. Mais
cette femme, qui se dit qu'elle a un prénom de
princesse, entre en résistance et se met, alors,
en quête de son prince charmant.
Toujours aussi libre, drôle et iconoclaste, le
deuxième long métrage de la réalisatrice
montreuilloise de Zouzou, prix Renc’Art au
Méliès il y a deux ans, est une comédie...
autour de la ménopause, avec une Agnès Jaoui
en état de grâce.
Blandine Lenoir débute comme comédienne
devant la caméra de Gaspard Noé, dans le court métrage culte Carne. Elle poursuit ensuite une carrière d’actrice, tout en se consacrant à la
réalisation de films. Elle est l’auteure de huit
courts, dont Ma culotte et Monsieur l’Abbé, et
d’un long métrage, Zouzou, en 2014.

14 MARS TOMBÉ DU CIEL

MARDI 14 MARS 
à l'issue de notre assemblée générale
TOMBÉ DU CIEL
de WISSAM CHARAFF
avec raed yassin -  rodrigue sleiman - said serhan - yumna marwan - ​ george melki.
(Liban - 2017 - 1h10 - VO)

AVANT-PREMIÈRE EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR

Extrait


Après 20 ans de séparation, Samir, ancien milicien présumé mort, réapparaît dans la vie
d’Omar, son petit frère devenu garde du corps à Beyrouth. Entre drame et comédie, Samir doit
se confronter à un pays qui ne lui appartient plus.
Le film de Wissam Charaf ne ressemble à pas grand-chose d’autre que lui-même, si ce n’est
peut-être au cinéma d’Elia Suleiman par son sens du burlesque, ou bien à celui de Nanni Moretti eighties. Il faut dire que le personnage principal, le très charismatique Rodrigue Sleiman, a un air du cinéaste italien. 
Le Liban que filme Wissam Charaf, né en 1973, est traversé de scènes loufoques, de personnages
déments (est-ce la conséquence de la guerre ou une nouvelle preuve de la folie de l’âme humaine ?). Tombé du ciel porte une grâce très plaisante, un sens de l’humour qui - c’est une évidence, mais c’est vrai - n’est toujours qu’un support à la réflexion et l’intelligence, à des pas de côté, introspections ou vivacité d’esprit.
Clément Ghys, Libération

6 Mars PARIS PIEDS NUS

LUNDI 6 MARS 20H30
PARIS PIEDS NUS
de DOMINIQUE ABEL et FIORA GORDON
avec Fiona Gordon, Dominique Abel, Emmanuelle Riva, Pierre Richard

AVANT-PREMIÈRE EN PRÉSENCE DES RÉALISATEURS





Bande annonce


Fiona, bibliothécaire canadienne, débarque à Paris pour venir en aide à sa vieille tante en
détresse. Mais Fiona se perd et tante Martha a disparu. C’est le début d’une course-poursuite
dans Paris à laquelle s’invite Dom, SDF égoïste, aussi séducteur que collant.
Paris pieds nus signe la quatrième incursion de Dominique Abel et Fiona Gordon (L’Iceberg,
Rumba, La Fée) dans la sphère cinématographique. Ces deux troubadours, danseurs et clowns continuent d'imaginer des pastilles burlesques reposant sur un décalage au réel. Résultat : un plaisir léger comme une bulle de champagne. Un parcours atypique et absurde raconté selon une mécanique physique où le corps mis en péril signifie les émotions intérieures. Pétri d'une innocence amusante et
touchante, Paris pieds nus parvient à nous divertir avec un sourire d'enfant qui fait du bien. 
Un film enchanteur, servi par la lumière somptueuse de la montreuilloise Claire Childéric.

dimanche 26 février 2017

4 MARS DAVID GOLDER

DANS LE CADRE DE L'UNIPOP DU MÉLIÈS
et de la carte blanche à WES ANDERSON

SAMEDI 4 MARS 13H30
DAVID GOLDER
de Julien DUVIVIER
avec Harry BaurJacques Grétillat
Date de sortie initiale : 1931

Scénario : Irène Némirovsky, Directeur musical : Walter Joehr, Directeurs de la photographie : Armand ThirardGeorges Périnéal
Film suivi d'une RENCONTRE entre NICOLAS SAADA et WES ANDERSON


David Golder riche banquier polonais et qui a fait fortune ne vit que pour sa fille et son épouse qu'il adore. Après une violente dispute, Sa femme lui révèle qu'il n'est pas le véritable père de Joyce.
« David Golder excellent. C'est une création est un des plus beaux films parlant. Un grand voyage humain du ghetto polonais au luxe de Biarritz, de la pauvreté à la richesse, de la vie à la mort. » Paul Morand « l'excellente est infiniment triste nouvelle d’Irène Némirovsky adaptée et condensée dans un film parfait des débuts du cinéma sonore.Harry Baur offre l'une des meilleures performances dans ce récit des derniers jours misérable d'un homme riche qui s'était hissé au sommet de l'échelle sociale après avoir commencé comme chiffonnier dans les rues d’Odessa pendant son enfance.

Wes Anderson

2 MARS L'ASCENSION

JEUDI 2 MARS 20H30
L'ASCENSION
de Ludovic Bernard
(france  - 1h43)
avec Ahmed SyllaAlice Belaïdi
adaptation libre de l'oeuvre de Nadir Dendoune Un tocard sur le toit du monde. 
Bande annonce












"Pour toi, je pourrais gravir l'Everest !" 
Samy aurait mieux fait de se taire ce jour là... D'autant que Nadia ne croit pas beaucoup à des belles paroles. 
Par amour pour elle, Samy quitte sa cité HLM et part gravir les mythiques 8848 mètres qui font de l'Everest le Toit du Monde. Un départ qui fait vibrer ses copains, puis tout le 9-3 et c'est bientôt la France entière qui suit avec émotion les exploits de ce jeune mec ordinaire mais amoureux.


vendredi 10 février 2017

OFFRES DU NOUVEAU THÉÂTRE DE MONTREUIL



Nouveau Théâtre de Montreuil
UN SOUFFLE GREC, TEMPS FORT AUTOUR DE LA GRÈCE

SOIRÉE REBETIKO

Les 3 et 4 mars, le Nouveau théâtre de Montreuil vous propose d'approcher la Grèce contemporaine avec ouverture et curiosité, et d'inventer un temps de partage et de réflexion collective.

Ainsi, le temps d'un weekend
associations militantes, artistes, étudiants, passionnés et spécialistes de la Grèce se retrouvent pour penser ce qui s’y passe, réfléchir à l’avenir de l’Europe, et tenter d’esquisser ensemble l’agora dont nous rêvons.

Assistez à des débats, rencontres, performances artistiques, qui se prolongeront en soirée sous le signe du Rebetiko, musique populaire et anticonformiste qui anime les nuits grecques.

Et bénéficiez d'un tarif préférentiel à  8 € par personne (valable pour 2 personnes)
Dans la limite des places disponibles

VEN 03 MARS À 21H
Au programme de ce vendredi soir : une table ronde et une performance artistique, le tout accompagné du doux son du rebetiko.

• DÉBAT « L’histoire d’un fantasme: la Grèce, berceau de la démocratie et " mauvais élève " de l’Europe »
intervenants François Hartog – professeur à la chaire d’historiographie antique et moderne à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), AdéaGuillot et Françoise Arvanitis – journalistes et co-auteurs de Grèce : la nouvelle odyssée

• PERFORMANCES « PROMÉTHÉE »

• CONCERT de Rebetiko par Lena KitsopoulouDimitrisLappasDimitris PapadamisGiorgos Petroudis





SAM 04 MARS À 19H
Pour cette seconde soirée, embarquez pour une nuit d’ivresse, entre discussion, musique et petits plats aux saveurs helléniques préparés par La Cantine !

• DÉBAT « La Grèce en crise : un laboratoire d’expérimentation, le marqueur d’une Europe dans la tourmente »
intervenants Marie-Laure Coulmin Koutsaftis – auteur de Les Grecs contre l'austérité. Il était une fois la crise de la dette, Olivier Delorme – historien, auteur de La Grèceet les Balkans. Du Vsiècle à nos joursKelly Diapouli– directrice artistique de «Eleusis 2021», Maria Kakogianni – philosophe, coordinatrice de Le Symptôma grec

• PERFORMANCES « PROMÉTHÉE »

• CONCERT de Rebetiko par Lena KitsopoulouDimitrisLappasDimitris PapadamisGiorgos Petroudis





"UN SOUFFLE GREC", C'EST AUSSI...

FORUM DES ALTERNATIVES

SAM 04 MARS
à partir de 15h - FORUM
en partenariat avec ATTAC - Franceinvités 
AMAP Montreuil, Association Grèce-France Résistance, Association Murs à pêches, Association pour l’Autogestion, CADTM, Collectif artistique et solidaire ANEPOS, Collectif Solidarité France-Grèce pour la Santé, Confédération paysanne, Coopérative VIO.ME, Le Sens de l’Humus, librairie Folies d'encre, SOS HalkidikiZAD Notre-Dame-des-Landes
avec la participation d'Angélique Ionatos, Orchestre Debout


17h - DÉBAT « Alternatives et solidarités en Grèce aujourd’hui »
organisé par ATTAC - France
intervenants Dimitris Alexakis – animateur du KET, espace de création artistique à Kypseli (Athènes) ; Panos Angelopoulos – Collectif Solidarité France-Grèce pour la Santé ; musiciens du collectifOrchestre Debout ; Yannis Youlountas – réalisateur, représentant du collectif ANEPOS

-----
entrée libre
salle Jean-Pierre Vernant





DOMINO
28 FÉV > 03 MARS
La metteuse en scène Argyro Chioti a imaginé un ballet absurde, drôle et cruel comme une pièce d’Eugène Ionesco. Elle s’inspire de la situation grecque où chacun fait face à l’écroulement d’une société, et décrit un phénomène universel : comment survivre à la chute?
Le constat est clair : nous sommes liés par la force des choses, comme des pièces de domino.
-----
21h (28 fév) / 20h (1 & 2 mars) / 19h (3 mars)
salle Maria Casarès
 





Dans la limite des places disponibles


mercredi 8 février 2017

LE PARISIEN




SERIE 3/5. Ce sont des lieux de vie et de rencontres, où les habitants croisent des acteurs, des réalisateurs, frissonnent, rient et pleurent à l’unisson. Cette semaine, les « petits » cinémas du 93 racontent leurs grands moments, pour le meilleur et le pire. Aujourd’hui, Le Méliès à Montreuil.

A la fin du XIXe siècle, Georges Méliès avait installé à Montreuil le premier studio de cinéma en France. La ville a donné le nom de ce pionnier du 7e art au cinéma d’Art et d’essai de la commune. Depuis son déménagement du centre commercial de Croix de Chavaux à la place Jean-Jaurès, en août 2015, le cinéma est redevenu très attractif avec 310 000 entrées en 2016. Dimanche dernier, le Méliès a même enregistré son record de fréquentation (2 057 entrées). Stéphane Goudet, directeur artistique, dévoile des événements phares de ce grand cinéma indépendant.

LEMEILLEUR SOUVENIR
La rencontre entre Oliver Stone et Arnaud Desplechin en juillet 2004. Nous avions demandé à un cinéaste français de rencontrer un cinéaste étranger. Et Desplechin était très concentré, avec son petit cahier, il voulait vraiment comprendre comment travaillait Oliver Stone, comment il avait fait « Tueurs nés ». Ces rendez-vous sont fructueux et amènent toujours deux publics différents.

LA PLUS BELLE RENCONTRE
Jeanne Moreau était venue au Méliès, en 2005, à l’occasion d’une rétrospective de ses films. Lorsqu’elle est entrée dans la salle, les spectateurs ont chanté en cœur « J’ai la mémoire qui flanche ». Elle s’est mise devant l’écran et a rechanté avec eux. C’était très émouvant, j’ai éclaté en sanglots.

LE PIRE SOUVENIR
Sous le mandat de Dominique Voynet (EELV), la mairie avait déclenché deux enquêtes administratives, en 2012 et 2013, accusant l’équipe du cinéma de détournements de fonds lors des séances non-commerciales (NDLR : ce qui a abouti à la suspension, puis au licenciement de Stéphane Goudet en février 2013). Le tribunal de grande instance de Bobigny a rendu un non-lieu en février 2015, dénonçant une attitude « hâtive » et « politique ». Cette crise a fait perdre de l’argent au cinéma pendant un an et demi, les spectateurs ne voulaient plus y mettre les pieds. En 2014, hormis le candidat écologiste, l’ensemble des candidats aux municipales s’étaient engagés à reprendre l’ancienne équipe.

LA DATE CLÉ
L’ouverture officielle du nouveau Méliès, le 19 septembre 2015. Nous avions organisé un concert symphonique sur la place, rassemblant plus de 2 000 personnes et des débats étaient organisés autour de six films en même temps. Les gens pouvaient se rendre d’une salle à l’autre, pour voir des courts-métrages ou découvrir le lieu. Depuis cette date, nous ne cessons d’accroître notre affluence.
Jérémy Denoyer
  leparisien.fr