samedi 17 juin 2017

7 juillet Macadam Pop Corn

VENDREDI 7 JUILLET 20H30
MACADAM POPO CORN
de Jean-Pierre Pozzi
(France - 2017 - 1h19)
Documentaire, avec Mathieu Sapin
RENCONTRE AVEC LE RÉALISATEUR ET MATHIEU SAPIN
DÉDICACE, AVEC LA LIBRAIRIE FOLIES D’ENCRE

Bande annonce




Le dessinateur Mathieu Sapin (auteur de Gérard, 5 années dans les pattes de Depardieu) prépare
une nouvelle BD sur les salles de cinéma. Il va donc parcourir la France pour rencontrer ceux
qu’on nomme « les exploitants ». De villes en villes, il va découvrir la diversité d’un milieu et
l’envers du décor d’un modèle que le monde entier nous envie.
Le récit commence quand il vient juste de terminer son dernier ouvrage. Il doit en commencer un nouveau consacré aux salles de cinéma en France. Il décide de rencontrer les personnes qui s'en occupent. Jeunes chefs d'entreprise ou cinéphiles passionnés, tous ces gens témoignent et évoquent leur point de vue sur la culture et la programmation de leurs salles. Mathieu Sapin parcourt ainsi la France et découvre un cinéma itinérant en Lozère, mais également un multiplexe qui vient d'ouvrir
ses portes.
L’internaute. com

6 Juillet Avant la fin de l'été

JEU 6 JUILLET 20H45
AVANT LA FIN DE L'ÉTÉ
de Maryam Goormaghtigh
(France/Suisse - 2017 - 1h20)
avec Arash, Hossein, Ashkan
AVANT-PREMIÈRE AVEC LA RÉALISATRICE

Extrait


Après 5 ans d’études à Paris, Arash ne s’est pas fait à la vie française et a décidé de rentrer
en Iran. Espérant le faire changer d’avis, ses deux amis l'entraînent dans un dernier voyage à
travers la France.
Ce road-movie en forme de comédie sentimentale jette sur les routes de France un trio de trentenaires iraniens tendance pieds nickelés, exilés en France depuis quelques années, dont l’un a décidé de rentrer au pays et que ses deux amis veulent convaincre de rester.
Ce faisant, le film accueille avec une même générosité des plages de dialogues philosophiques
et un burlesque pince-sans-rire, des séquences contemplatives teintées d’un onirisme pop avec une violente mélancolie de l’exil. Le déplacement salutaire qu’il opère par rapport aux habituelles fictions tournées en région, conduit à se demander si quelqu’un n’a pas glissé un subtil hallucinogène dans le verre qu’on sirotait en terrasse plus tôt.
Quelque part entre le primitivisme d’Albert Serra, le burlesque minimaliste de Wistam Charraf et la 
« bromance » à la Judd Apatow, la réalisatrice déploie souverainement sa vision, tendrement hédoniste et sensuellement rageuse.
Et nous, on en redemande.
Isabelle Régnier, Le Monde

29 juin Ava

JEU 29 JUIN 20H30
AVA
de Léa Mysius
(France - 2017 - 1h45)
avec Noée Abita, Laure Calamy, Juan Cano
Semaine de la Critique, Cannes 2017
RENCONTRE AVEC LA RÉALISATRICE

Bande annonce



Ava, 13 ans, est en vacances au bord de l'océan quand elle apprend qu'elle va perdre la vue plus
vite que prévu. Sa mère décide de faire comme si de rien n’était pour passer le plus bel été de
leur vie. Ava affronte le problème à sa manière. Elle vole un grand chien noir qui appartient
à un jeune homme en fuite…
Ava perd progressivement la vue. Et le film de figurer ainsi ce handicap naissant moins comme
une perte irrémédiable que comme la possibilité de découvrir enfin le monde. De fait, c’est l’enfance qui disparaît littéralement pour la jeune fille qui s’entiche d’un chien noir rodant aux alentours – chien appartenant à un beau garçon du coin et qui fait le lien entre la vue progressivement obscurcie d’Ava et la découverte de son corps à cet âge incertain.
C’est que le film furète lui aussi allègrement sur des sentiers que l’on ne peut que se réjouir de
le voir emprunter : Ava assume une représentation de la sexualité aussi évidente que cette
scène où le corps nu de sa protagoniste aux yeux bandés s’offre à l’océan.
Et le film de s’embarquer alors dans un roadmovie qui permet à la cinéaste de s’autoriser
des embardées formelles déjouant les codes du naturalisme adoptés majoritairement
jusqu’alors. Reste ainsi en mémoire cette séquence découpée en de multiples splitscreens
où les deux tourtereaux renaissent en Robin des Bois modernes, subtilisant aux vacanciers naturistes leurs effets personnels.
Critikat.com


26 Juin Entre deux rives

Lundi 26 Juin 20h15
ENTRE DEUX RIVES
de Kim Ki-duk
(Corée du Sud - 2017 - 1h54 - VO)
avec Ryoo Seung-bum, Lee Won-geun,Young-Min Kim
AVANT-PREMIÈRE AVEC LE GRAND KIM KI-DUK !`

Bande annonce
Sur les eaux d'un lac marquant la frontière entre
les deux Corées, l'hélice du bateau d’un modeste pêcheur nord-coréen se retrouve coincée dans un filet. Il n’a pas d’autre choix que de se laisser dériver vers les eaux sud-coréennes, où la police aux frontières l’arrête pour espionnage. Il va devoir lutter pour retrouver sa famille...
Kim Ki-duk nous montre le contraste très flagrant entre deux mondes bien opposés : que ce soit minimalisme et simplicité en Corée du Nord, ou surabondance et luxe en Corée du Sud,ces deux pays sont aussi corrompus l’un que l’autre. 
Le personnage principal, Chul-woo, subit autant d’investigation et de surveillance des deux côtés de la frontière. A travers les désastreuses aventures de son personnage principal extrêmement attendrissant, Kim Kiduk dresse une critique sociale puissante, dénonçant les visions stéréotypées trop extrêmes des deux Corée. 
Le cinéaste signe une oeuvre très aboutie, qui lui permet de s’affirmer encore davantage comme l’un des plus fins observateurs de la société sud-coréenne d’aujourd’hui. Ciné Diagonale

jeudi 11 mai 2017

19 JUIN CE QUI NOUS LIE

Lundi 19 Juin 20h30
CE QUI NOUS LIE
de Cédric Klapisch
(France - 2017 - 1h53)
avec Pio Marmaï, Ana Girardet, François Civil
RENCONTRE AVEC CÉDRIC KLAPISCH

bande annonce



Jean a quitté sa famille et sa Bourgogne natale il y a dix ans pour faire le tour du monde.
En apprenant la mort imminente de son père, il revient dans la terre de son enfance. Il retrouve
sa soeur, Juliette, et son frère, Jérémie. Leur père meurt juste avant le début des vendanges. En l’espace d’un an, au rythme des saisons qui s’enchaînent, ces 3 jeunes adultes vont retrouver ou réinventer leur fraternité, s’épanouissant et mûrissant en même temps que le vin qu’ils fabriquent.
Au coeur du nouveau film de Cédric Klapisch (Le Péril jeune, L’Auberge espagnole), l’image
d’un pied de vigne noueux semble nos dire l’ambition de son projet : faire à la fois un film
de fiction sur la culture du raisin, sur l’exploitation viticole/vinicole, mais surtout sur les noeuds qui nous relient les uns aux autres au sein d’une famille aux liens a priori distendus. 
Et Klapisch réussit parfaitement son pari en nouant dans le même temps les émotions les plus contradictoires, en fondant et le rire et les larmes, grâce à ses comédiens irréprochables.

15 JUIN MIRACLE MILE

Jeudi 15 Juin 20h15
MIRACLE MILE
de Steve De Jarnatt
(USA - 1989 - 1h27 - VO)
Avec Anthony Edwards, Mare Winningham, John Agar
AVANT-PREMIÈRE DE RÉÉDITION
EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR

extrait



Une nuit, après un rendez-vous raté avec la femme de sa vie, un homme reçoit dans une cabine téléphonique l’appel d’un militaire affolé, qui lui apprend que des missiles nucléaires vont s’abattre sur Los Angeles dans 1 heure et 10 minutes.
Ce long-métrage de Steve De Jarnatt est un film assez méconnu qui aborde un sujet rarement traité au cinéma finalement, à savoir les évènements qui se passent avant une catastrophe nucléaire, où l'Homme redevient un animal, se battant uniquement pour sa propre survie et n'hésitant pas à tuer dans ce but (les scènes d'émeutes urbaines sont, à ce titre, impressionnantes de réalisme). Ce qui est
remarquable, c'est que le film commence presque comme une comédie romantique et puis la tension monte au fur et à mesure, jusqu'au superbe et tragique final, magnifié par la musique de Tangerine Dream. 
Les acteurs sont très bons, en particulier Anthony Edwards (rarement aussi bon quedans ce film) et Mare Winningham, qui forment un couple très émouvant.

5 JUIN RETOUR À MONTAUK

Lundi 5 Juin 20h30
RETOUR à MONTAUK
de Volker Schlöndorff
(Allemagne - 2017 - 1h46 - VO)
avec Stellan Skarsgård, Nina Hoss,Susanne Wolff
EN PRÉSENCE DE VOLKER SCHLÖNDORFF
bande annonce


Il y a un amour dans la vie, que tu n'oublies
jamais, peu importe à quel point tu essaies.
L'écrivain Max Zorn arrive à New York pour
promouvoir son dernier roman. Sa jeune femme
Clara l'a précédé de quelques mois pour
contribuer à la parution du livre aux Etats-Unis.
Dans son roman, Max raconte l'échec d'une
passion dans cette ville, il y a 17 ans. Presque
par hasard, il revoit Rebecca, la femme en
question. Originaire d'Allemagne de l'Est, elle
est devenue entre temps une brillante avocate
et vit depuis 20 ans à New York. Ils décident de
passer encore une fois un week-end ensemble.
C'est l'hiver à Montauk, le petit village de
pêcheurs au bout de Long Island. Deux transats
vides, face à l'océan. Ils attendent deux
personnes qui s'étaient perdues pendant très
longtemps. Maintenant ils reviennent à
Montauk, pleins d'espoir et de regrets sur une

vie commune manquée. Bouleversant

mercredi 3 mai 2017

31 MAI SAYONARA


MERCREDI 31 MAI, 20H30
SAYONARA
de Koji Fukada
(Japon - 2017 - 1h48 - VO)
avec Bryerly Long, Geminoid F, Hirofumi Arai
RENCONTRE AVEC LE RÉALISATEUR

bande annonce



Dans un avenir proche, le Japon est victime d’attaques terroristes sur ses centrales nucléaires. Irradié, le pays est peu à peu évacué vers les états voisins. Taniattend son ordre d’évacuation dans une petite maison perdue dans les montagnes. Elle est veillée par Leona, son androïde de première génération que lui a offert son père. Toutes deux deviennent les dernières témoins d’un Japon qui s’éteint à
petit feu et se vide par ordre de priorité, parfois selon des critères discriminatoires. Mais
doucement, l’effroi cède la place à la poésie et la beauté.
Le postulat ambitieux de Sayonara ne se questionne pas seulement sur l'après Fukushima :
c'est l'après-humanité que l'on envisage ici.
Certes, Sayonara pose des questions immédiates, de politique et de survie. Les habitants du coin sont persuadés qu'on laissera les pauvres crever, d'autres, en un renversement ironique, s'inquiètent du sort réservé à de futurs Japonais réfugiés à l'étranger. Émigrer en Afrique devient un sort enviable, mais il reste ce sentiment qu'il n'y a plus beaucoup à vivre.

Film de culte.com

11 MAI I AM NOT YOUR NEGRO

JEUDI 11 MAI 2OH30
I AM NOT YOUR NEGRO
de Raoul Peck
(France/Etats-Unis/Belgique/Suisse - 2017 -1h33 - VO)
documentaire
séance suivie d'une rencontre avec le réalisateur

extrait



À travers les propos et les écrits de l’écrivain noir américain James Baldwin, Raoul Peck
propose un film qui revisite les luttes sociales et politiques des Afro-Américains au cours de
ces dernières décennies.
« L’histoire des Noirs en Amérique, c’est l’histoire de l’Amérique, et ce n’est pas une
belle histoire », écrivait James Baldwin en 1979. C’est au travers des mots de cet auteur
que le réalisateur haïtien Raoul Peck a choisi de raconter la lutte des Africains-Américains. Si le thème n’est pas nouveau, il en tire un documentaire choc. Porté par la pensée acérée
et radicale de Baldwin, le spectateur se retrouve plongé dans un siècle d’activisme
grâce à des images d’archives mettant en scène les trois figures emblématiques de la cause noire, Medgar Evers, Malcolm X et Martin Luther King. 
Le manuscrit resté inachevé de Baldwin, Remember This House (Souviens-toi de cette
maison), dans lequel il rendait hommage à ses trois amis disparus « avant leurs 40 ans », sert de trame au récit.
Jeune Afrique

jeudi 20 avril 2017

THEATRE BERTHELOT

2 propositions du Théâtre Municipal Berthelot au tarif préférentiel
de 5€ pour les adhérents de Renc'art au Méliès : 





LE FAVORI

de Madame de VilledieuRésultat de recherche d'images pour "le favori madame de villedieu"


Un Favori qui veut être aimé pour lui-même. Une Libertine à la poursuite de plaisirs et divertissements. Un Prince réfugié cynique et ambitieux. Une Princesse héroïque en révolte contre son monarque. Un Roi habile dans l'art de la feinte et les ficelles de la politique-spectacle...Amour et honneur, fidélité et perfidie, héroïsme et jalousie sont les ingrédients de cette tragi-comédie parodique sur les caméléons du pouvoir, écrite par Madame de Villedieu et montée avec succès par Molière et sa troupe devant Louis XIV en 1665.  A l'occasion de sa première reprise en France depuis 350 ans, nouveau prologue, travestissements, intermèdes chorégraphiés au son des sonates et cantates des compositrices baroques de l'époque rythment cette pièce audacieuse et réjouissante, qui mérite enfin son titre de grand Classique.

Compagnie La Subversive
De : Mme de Villedieu
Mise en scène et prologue : Aurore Evain
Avec : Amal Allaoui, Marion Casa-bianca, Anne Cosmao, Isabelle Gomez, Benjamin Haddad Zeitoun, Marie Langlet, Matila Malliarakis, Julie Ménard, Isabelle Schmitt, Marine Segalen
Musique : Les Mouvements de l'âme
Costumes : Axel Boursier, Magalie Segouin, Roxane Marquant I Scénographie : Delphine Brouard
Chorégraphies : Cyrielle Caron I Création Lumières : Florian Gayrel.

Jeudi 20 avril à 14h30 et à 20h30
Vendredi 21 avril à 14h30 et à 20h30
Samedi 22 avril à 20h30


Réservations: 01 71 89 26 70, resa.berthelot@montreuil.fr 

L'APATHIE POUR DEBUTANTS

de Jonas Hassen Khemiri

Un enquêteur en prise avec sa conscience s'engage à faire toute la lumière sur "l'affaire" des enfants réfugiés apathiques, qui déchira l'opinion publique suédoise dans les années 2000. L'apathie auscultée ici n'est pas tant celle de ces enfants en attente de permis de séjour ou d'expulsion, que celle des politiques, des fonctionnaires, des médias et in fine du citoyen européen moyen, embourbé dans ses contradictions. Écrite en 2011 et encore inédite en France, L'Apathie pour débutants revêt une résonance particulière à l'heure où les démocraties européennes se montrent incapables de répondre dignement aux crises migratoires. Jonas Hassen Khemiri y pose avec humour et intransigeance la question des modes de gouvernance, examine les fondements de la conscience politique, les mobiles et la légitimité d'action de nos "responsables".
Traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy

Compagnie Le Bouc sur le Toit
Mise en scène : Virginie Berthier
Avec : Mounira Barbouch, Maïmouna Coulibaly, Anne Gennatas, Xavier Guerlin, Luc Guiol, Thomas Horeau
Création lumière : Bastien Gérard
Scénographie :Juliette Morel
Musique : Joe Cave
Collaboration artistique : Aurélie Cohen.
Avec le soutien de la ville de Montreuil, de Cap étoile et des Éditions Théâtrales, éditeur et agent de l'auteur.

Jeudi 27 avril à 20h30
Vendredi 28 avril à 14h30 et à 20h30
Samedi 29 avril à 20h30


Réservations: 01 71 89 26 70, resa.berthelot@montreuil.fr